Attitude de l'adulte (suite)
Pour faire suite à l'atelier du samedi 4 février sur l'attitude de l'adulte, je vous invite à lire ce texte, trouvé sur le site "mariamontessori.com" et que j'avais envie de relayer ici.


Manuel pour parents montessoriens
Par Donna Bryant Goertz
Texte en anglais ici : http://mariamontessori.com


Chers parents,

Je veux être comme vous, mais à ma manière. Je veux devenir comme vous, par mes propres efforts. Je veux vous regarder et vous imiter. Je veux travailler, faire beaucoup d’efforts pour réussir quelque chose de difficile, quelque chose que je ne peux pas réussir immédiatement. Je veux que vous m’ouvriez la voie en me donnant le matériel qui me permettra de réussir une activité initialement difficile. Je veux que vous m’observiez pour savoir si j’ai besoin d’un meilleur outil, d’un ustensile plus adapté à ma taille, d’un marche-pied plus petit, plus stable, d’une table plus basse, d’une poubelle que je peux ouvrir seul, d’une étagère basse, ou d’une démonstration plus claire du processus. Je ne veux pas que vous fassiez à ma place, que vous me pressiez, que vous vous sentiez désolés ou que vous me récompensiez. Soyez seulement silencieux et montrez-moi comment faire, lentement, très lentement.

Je vais vous demander parfois de faire par moi-même un grand travail parce que je vous vois faire, mais ce n’est pas ce qui me convient. Soyez fermes et montrez moi le chemin. J’ai besoin que vous me donniez à faire seulement une partie de ce travail et que vous me laissiez le répéter encore et encore jusqu’à ce que je me perfectionne. Si vous découpez en petites parties une activité qui serait trop difficile pour moi, je pourrai y arriver grâce à mes efforts, grâce à beaucoup de répétition et après de longs moments de concentration.

Je veux penser comme vous, me comporter comme vous et avoir les mêmes valeurs. Je veux faire cela par mes propres moyens en vous imitant. Ralentissez quand vous parlez. Avec peu de mots, avec des mots justes. Ralentissez vos mouvements. Réalisez vos tâches plus lentement afin que je puisse absorber et imiter vos gestes.
Si vous avez confiance en moi et que vous me respectez en préparant l’environnement pour moi, en me donnant plus de liberté, cela va me discipliner et je serai plus coopérant, plus souvent et plus rapidement. Plus vous vous disciplinez vous-mêmes plus je me disciplinerai moi-même. Plus vous obéissez aux lois de mon développement, plus je vous obéirai.

Nous avons de la chance car en moi je porte mon propre plan de développement, pour devenir comme vous. Je suis guidé par mon propre plan intérieur. Je suis heureux et en sécurité quand je peux suivre ce plan. Si vous interférez avec ce plan et que vous essayez de me forcer à être comme vous (à votre propre manière, par vos propres efforts), je vais oublier de suivre mon plan de développement et je vais devoir lutter, me défendre de vous. Je vais entrer en guerre contre vous et contre tout ce que vous défendez. C’est ma nature. C’est ma manière de me protéger moi-même. Vous pouvez appeler cela l’intégrité.

En fonction de ma personnalité je vais mener cette guerre ouvertement ou intérieurement. Je vais me battre de manière plus agressive ou plus passive. Beaucoup de mon incroyable énergie, de mon talent, de mon intelligence seront gâchés. Vous gagnerez probablement à la fin, mais alors je serai seulement une version faible, un pauvre substitut de ce que je pourrais devenir et de ce que vous espériez.

S’il vous plait, préparez mon environnement à la maison afin que je puisse faire mon travail. Je suis capable d’exprimer très finement vos valeurs et reproduire vos meilleures qualités, à ma manière. Si vous préparez mon environnement à la maison de manière réfléchie et attentive, que vous gardez mon matériel en ordre et en bon état, que vous posez des limites claires et fermes, que vous me donnez du temps pour travailler, je ménerai ce travail d’accomplissement d’un nouvel être humain, MOI !

Est-ce que j’ai mentionné que j’ai besoin que l’ambiance soit aménagée pour moi dans chaque pièce de la maison ? J’ai besoin d’avoir des choses adaptées et accessibles partout où je me trouve dans la maison. J’ai besoin de pouvoir choisir de travailler et jouer près de vous. Si je fais mes activités à côté de l’étagère, je pourrai les ranger plus facilement et prendre cette habitude.

Mon plan secret de développement est réalisé entièrement par les mains, mains qui sont précisément les miennes. Je suis un artiste, un maître artisant, et j’ai besoin des meilleurs outils et fournitures. Ne me donnez pas une grande quantité de mauvais matériel, mais peu de bon matériel, complet et en bon état. L’excès n’est pas seulement inutile, il est distrayant. Cela perturbe mon processus créatif. Cela me rend irritable et moins coopératif. Je sais que c’est difficile à croire mais à travers ces activités choisies librement dans lequelles je peux m’inverstir et me concentrer, je développe mon caractère. C’est plus difficile dans un grand désordre et avec des objets de mauvaise qualité.

Ma maison c’est mon bureau, mon atelier, alors assurez-vous qu’il soit calme et paisible. Mettez de la musique douce. Regardez la tété seulement quand je suis endormi. Quand je suis éveillé, je fais tout le bruit nécessaire ! Oh, et j’ai besoin que tout soit gardé en ordre. Je ne peux pas faire du bon travail dans le désordre. Je ne suis pas capable de ranger tout seul, mais j’ai envie de cet ordre, il m’est utile. Alors j’aurais besoin que vous le fassiez pour moi, au moins 3 fois par jour. Si vous mettez de l’ordre pour moi, de manière pratique et esthétique, cela aura du sens pour mon esprit logique, et petit à petit je vais commencez à vous imiter de plus en plus.

Vous pourrez me demander de ranger seul quand j’aurai 6 ans, en m’aidant à y penser 3 fois par jour jusqu’à ce que j’ai 9 ans. Je ne peux pas gérer un jour entier d’accumulation de choses à ranger et encore moins une semaine entière. Je ne serai jamais capable ranger 1 mois de bazar ! Si vous êtes distraits et que vous oubliez de m’aider à ranger pendant la journée et que le bazar s’accumule, vous aurez à le faire tous seuls chaque soir.

Je déteste vous demander autant, mais j’ai besoin d’avoir toutes mes affaires organisées, triées et accessibles afin que je puisse les prendre seul. Si je dois demander à chaque fois, je vais me prendre pour un général ou un invalide. Arrêtez-vous et pensez. Je pourrais facilement entrer dans l’un de ces deux rôles. Aucun de nous ne souhaite cela. J’ai besoin d’indépendance tout comme j’ai besoin d’oxygène. Ainsi je donne le meilleur de moi-même. Le temps que vous passerez à mettre en place l’environnement, c’est du temps que vous ne passerez pas à faire face à mon côté impétueux, réclacitrant et turbulent.

La télévision est une entrave à mon développement. Désolé ! Je sais que vous n’avez pas envie d’entendre ça, mais j’ai besoin de travailler avec mes mains et j’ai besoin de temps. La télé me détourne des activités importantes et rempli ma tête avec un trop plein d’informations que je n’ai pas le temps de traiter.
Lisez pour moi chaque jour, car la lecture plus lente me permet de comprendre. La télé me rend passif ou frénétique. Je sais que vous pensez que certains programmes sont bien pour moi, et que vous méritez une pause que la télé peut vous offrir, mais nous paierons vous et moi le prix de chaque demi-heure passée devant la télé.
Je ne peux pas résister à la télé, mais ce n’est pas grave car tous les enfants de mon âge ont des parents et les parents sont là pour ça. La télé me rend distrait, irritable et pas coopératif. Plus je la regarde, plus je veux la regarder et cela crée des problèmes entre nous. Si vous ne pouvez pas dire non à l’habitude de regarder la télé tous les jours, où est mon exemple ? Comment développer ma volonté à dire non aux mauvaises habitudes quand je serai grand ? De plus, plus je regarde la télé, moins je veux être comme vous. Rappelez-vous, j’imite ce que je regarde. Oui, et cela concerne aussi les DVD et les jeux-vidéos que je vous réclame et que tous mes amis ont. Aller, courage, je sais que vous pouvez le faire.

Je suis habituellement si absorbé par mon travail et mon jeu que je risque de ne pas vous entendre quand vous me parlez. Ne compliquez pas les choses en m’appelant de loin, ou en vous répétant. Mettez-vous simplement à mon niveau, attirez mon attention et parlez-moi en me regardant dans les yeux. Et utilisez peu de mots, d'une manière ferme et respectueuse. Vous nous épargnerez à tous une souffrance inutile en vous rappelant de faire comme ça. Je sais que ça ne sera pas facile de vous en souvenir, mais si vous vous entrainez vous pouvez en faire une habitude. Après tout, si vous ne faites pas ce que vous êtes supposés faire, comme s’attendre à ce je fasse moi-même ce que je suis supposé faire ?

Si vous n’avez pas de temps ou d’énergie ou, je n’aime pas dire ça, d’auto-discipline pour faire ce que vous dites, alors ne le dites pas. Des menaces vaines, des promesses vides m’amèneront à vous mépriser. Vous aurez l’air stupides, arbitraires et faibles. Je sais que je me comporte comme si je voulais diriger l’univers entier, mais c’est seulement un air que je me donne, c’est du spectacle. J’ai vraiment besoin de mes parents pour faire fonctionner mon monde. Quand je ne peux pas compter sur vous, que je ne peux plus vous faire confiance cela me procure un sentiment profond d’insécurité et je risque d’aller dans les extrêmes. Cela me fait peur, car je vous aime tant. J’ai besoin de pouvoir vous respecter et de croire en votre parole. Vous êtes la partie la plus importante de mon environnement.

Vous serez contents de savoir qu’une partie de mon plan de développement appelle votre aide. Et non, cela ne peut pas être seulement quand vous avez le temps ou que vous êtes de bonne humeur, ou quand cela vous serait utile. Cela doit aller dans mon intérêt. Désolé, mais je ne peux être flexible sur ce point. Après tout, c’est moi qui suis en train de créer un être humain accompli. J’imagine que je ne suis pas une aide pour vous, en tout cas pas immédiatement, ou directement. Mais j’ai besoin de matériel adapaté à ma taille, de démonstrations minutieuses et de beaucoup de temps et de patience.

Quand que je viens d’acquérir une certaine habilité et que je suis alors capable d’apporter ma contribution, cela m’ennuie et je choisi de ne plus le faire. J’ai tout de suite besoin d’apprendre un nouveau travail, demandant plus d’expérience et vous devrez recommencer encore et encore. Cela arrivera une fois par semaine environ pendant les 6 prochaines années et prendra beaucoup de votre temps précieux et rare. Sur ce long chemin, cela me sera vraiment d’une grande aide. Je me sentirai réellement investi dans la vie de la famille, je serai beaucoup plus raisonnable et coopératif à propos des règles et valeurs de notre famille. Je serai si compétent, capable et auto-discipliné quand j’aurai 9 ans que cela deviendra raisonnable d’attendre de moi que je fasse ma part de travail dans la maison ou le jardin. J’aurai développé ma volonté et mon obéissance.

Je sais que mes besoins sont grands et nombreux. Je sais que je demande beaucoup, mais vous êtes tout ce que j’ai. Je vous aime et je sais que vous m’aimez au delà de toute raison ou mesure. Si je ne peux pas compter sur vous, sur qui pourrais-je le faire ?
Mais ne nous leurrons pas les uns les autres. Cela n’a pas besoin d’être parfait. Je suis solide et j’ai du ressort. Je survivrai et je tirerai le meilleur de tout ça.
Vous pourriez faire des trois prochaines années un grand amusement pour nous tous en prenant soin de répondre à mes besoins.
Aller, pourrions-nous juste répondre à 50% de mes besoins ? Ok alors disons 25 %.

Amour, câlins et bisous,
Votre enfant de 3 ans.

PS : Je sais que j’ai de la chance. Peu d’enfants ont des parents qui les écoutent vraiment et qui font attention à leur besoins au lieu de simplement céder à leur gémissements et leur colères. Peut-être qu’ils ont peur que leurs enfants arrêtent de les aimer. Peut-être qu’ils ont peur que leurs enfants ne soient pas appréciés.


Donna Bryant Goertz, est fondatrice de l’école Montessori d’Austin au Texas. Le livre de Donna «Children Who Are Not Yet Peaceful: Preventing Exclusion in the Early Elementary Classroom» s’appuie sur ses 13 ans d’expérience avec des enfants entre 3 et 9 ans. Elle est diplômée du «Centro Internazionale Studi Montessoriani» de Bergamo en Italie et a suivi la formation «Assistants to infancy» à l’institut Montessori de Denvers au Colorado.